Rennes, le 19 décembre 2019

Déclaration commune des candidat·e·s écologistes aux élections municipales de Rennes, Nantes, Brest et Lorient

La COP 25 est malheureusement un échec. Les États démontrent une nouvelle fois leur irresponsabilité. Puisqu’ils sont incapables d’apporter des solutions, c’est aux territoires qu’il revient d’être à la pointe d’une transformation écologique indispensable. Cette transformation écologique est aussi une opportunité forte pour développer de nouvelles filières économiques, pour inventer un nouveau modèle social et démocratique.

Nous sommes candidat·e·s écologistes dans les grandes villes de la Bretagne historique. Nous avons toutes et tous nos dynamiques locales propres, des périmètres d’alliance différents, mais nous sommes toutes et tous candidat·e·s pour une seule et même raison : faire gagner l’écologie dans nos villes avec et pour nos concitoyen·ne·s.

Si nous sommes aux responsabilités au lendemain des élections municipales, nous aurons à cœur de développer une coopération régulière et fructueuse entre nos villes pour entraîner l’ensemble des territoires de la Bretagne historique dans la transition écologique.

Nous refusons la compétition destructrice entre les grandes agglomérations, les politiques de rayonnement à outrance. A ce jeu, personne ne gagne, ni les habitant·e·s des métropoles, ni les habitant·e·s d’agglomérations et villes intermédiaires, ni les territoires ruraux, ni l’environnement.

La coopération entre territoires est un enjeu essentiel pour un aménagement équilibré de la Bretagne, pour articuler au mieux les politiques de déplacements, pour faciliter un développement économique harmonieux. Nous souhaitons déployer de véritables partenariats entre territoires ruraux et urbains via les contrats de réciprocité. Ces contrats permettent d’engager des échanges équitables entre territoires sur la filières économiques et énergétiques, l’alimentation, les services publics.

Défendre la transition écologique dans nos villes, c’est défendre un autre modèle de développement urbain, qui rompt avec les logiques de métropolisation actuelles. Pour reprendre le contrôle sur nos vies et sur nos villes, nous voulons :

• Des villes qui laissent sa place à la nature, qui arrêtent d’urbaniser les terres agricoles et qui mettent en œuvre des politiques de végétalisation massive et de plantation d’arbres. Il faut construire des villes résilientes, capables de s’adapter au changement climatique. La bonne gestion des ressources naturelles est dans ce cadre primordiale.

• Des villes accueillantes, avec des logements plus sains, plus écologiques, plus sobres en énergie, plus faciles à vivre et qui restent abordables. Nous voulons des villes à taille humaine où la qualité de vie des plus fragiles est une priorité.

• Des villes qui partagent et qui échangent avec les autres territoires. Nous ne pouvons pas continuer à densifier et à concentrer les services comme les richesses si nous voulons vivre en intelligence avec les autres et en particulier les territoires ruraux.

• Des villes qui prennent le temps de la concertation, de la co-construction, avec les habitant·e·s. Il est essentiel de partir des usages et des besoins pour faire advenir ensemble une ville où chacun.e a sa place.

A Brest, Nantes, Lorient et Rennes, comme l’ensemble des candidat·e·s écologistes en Bretagne et en France, nous porterons des projets cohérents, ambitieux et globaux. Nous engagerons dans les années à venir nos territoires dans des partenariats forts pour mener les politiques écologistes dont nous avons besoin.

Julie Laernoes, Nantes
Damien Girard, Lorient
Ronan Pichon et Marion Maury, Brest
Matthieu Theurier et Priscilla Zamord, Rennes

logos

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *