De nombreuses personnes renoncent à leurs droits ou aux soins de santé par manque de mobilité ou d’informations accessibles et simples. Notre méthode consiste à aller vers les habitant·e·s selon une logique de proximité. Nous mettrons en place une structure itinérante de soins et d’accès aux droits qui ira à la rencontre notamment des jeunes et des plus fragiles, un guichet unique facilitant l’accès aux services administratifs et de santé.
Nous mettrons en place une véritable politique transversale du handicap dans toutes nos politiques publiques avec un·e référent·e accessibilité dans chaque service de la Ville et un·e même élu·e portant une délégation handicap à la ville et accessibilité à la métropole.
Brest deviendra ville labellisée “Tourisme et Handicap” pour rassurer et accueillir les personnes en situation de handicap souhaitant voyager à Brest. La ville sera inclusive et handi-accueillante en repensant tous les usages de la ville sous cet angle : espaces urbains, transports en commun, organisation des événements et des services publics, actions de médiation et de communication, formation des partenaires associatifs à l’accueil de la diversité.
Il s’agit de développer la participation des habitantes et habitants aux questions de santé. Le but est la mise en place d’actions co construites avec les habitant es, les professionnel(es) de santé et la ville. Cette proposition se base sur le constat que les habitant es d’un quartier ou d’une ville sont souvent « expertes » ou en contact des questions de santé de leur environnement proche, ou de leur groupe de pairs.
Le conseil local de santé mental est un espace de coordination entre élus, professionnels de la psychiatrie, représentants des patients, professionnels de l’ensemble d’un territoire (de l’insertion, de l’associatif par exemple). Il est composé de plusieurs instances : cellule de veille, groupes thématiques (logement, travail…). Nous souhaitons renforcer ce conseil local de santé mentale parce que la question de la prise en compte de la souffrance psychique est une priorité dans notre désir d’améliorer le bien être et la santé de tous et toutes.
Cette question de la santé mentale est complémentaire de la réduction des inégalités sociales, de la prise en compte des personnes victimes de violences , dans la protection des plus vulnérables. Cette thématique a aussi sa place dans l’espace public, dans le mieux vivre ensemble.
Aménagements et équipements urbains, transports accessibles, rénovation de l’EPAHD Louise Le Roux, logements adaptés et à loyer modéré pour des personnes en perte d’autonomie, habitat partagé, augmentation des places en crèches, diversification de l’offre de logements pour les étudiant·e·s…
Maintenir les subventions allouées aux associations et poursuivre les conventions pour la prise en charge des mineur·e·s étranger·e·s isolé·e·s, soutenir financièrement et techniquement le développement de l’entraide solidaire, création d’un service administratif municipal faisant directement le lien avec la Préfecture, valoriser l’interculturalité et soutenir l’inclusion des jeunes, et mettre en place un dispositif spécifique pour favoriser la pratique sportive des migrants.
L’égalité n’est pas acquise. C’est une question de droits et de justice pour toutes et tous. Brest s’est engagée sur ce sujet depuis la signature de la Charte Européenne pour l’Égalité femme/homme en Mars 2009. Nous accentuerons cette mise en place de nos « budgets sensibles au genre » sur l’ensemble de nos autres politiques. Nous mettrons en place un observatoire afin de pouvoir mesurer et proposer des priorités sur les secteurs les plus inégalitaires. Nous proposerons des critères au travers des conventionnements avec les partenaires de la ville
en situation de rupture familiale, d’isolement, dans leur reconstruction émotionnelle et matérielle, et leur facilitant l’accès à leurs droits.
  • Conforter les enveloppes budgétaires, Ville et Métropole, pour la politique de la ville : soutien aux Quartiers Politique de la Ville (QPV) sur l’insertion professionnelle, l’égalité femmes-hommes, l’accompagnement des jeunes, la participation des habitant·e·s
  • Préparer l’Acte II du plan de sensibilisation à la consommation d’alcool
  • Mieux soutenir les aidant·e·s des aîné·e·s et réfléchir à un lieu de ressources
  • Co-construire une politique de solidarités avec les acteurs sociaux et continuer à soutenir les structures sociales existantes
  • Réfléchir à la mise en place d’une Nuit des Solidarités. Travailler à une meilleure prise en charge des jeunes sans ressources et des enfants à la rue
  • Assurer le droit à l’hébergement d’urgence pour les sans-abris : établir un état des lieux et réfléchir au parcours d’accompagnement
  • Renforcer la cellule habitat indigne pour aider les personnes en précarité de logement et lutter contre les logements insalubres
  • Renforcer l’accueil et l’accompagnement des nouveaux·elles arrivant·e·s à Brest afin de favoriser leur insertion citoyenne, sociale et professionnelle
  • Lancer une étude sur la tarification sociale de l’eau
  • Etudier la faisabilité économique pour la création d’un « revenu minimum social garanti »
  • Créer et porter un Crédit municipal : une banque solidaire
  • Créer une délégation à la grande pauvreté
  • Favoriser l’ouverture d’un lieu partagé pour les associations LGBT+, lieu de rencontres, d’échanges, de culture et de « pause »
Catégories : Le Projet