Le Plan  Local d’Urbanisme  de la métropole sera  révisé pendant le prochain  mandat. Cette révision sera précédée  par un large débat démocratique associant  largement les habitant·e·s, les acteurs associatifs  et économiques et les élu·e·s. Le but sera de définir ensemble un nouveau PLU à la hauteur des enjeux contemporains,  pour préserver les sols, la biodiversité et le climat, tout en offrant un cadre de vie propice à l’épanouissement  de chacun·e et en encourageant les activités économiques locales. Nous défendrons l’objectif de zéro artificialisation des sols. La façon d’y arriver doit  être débattue largement. Ce débat sera animé par une commission extra-municipale dédiée qui travaillera avec le conseil de développement du Pays de Brest.
Plus de détails sur cette mesure ici :
https://www.brest-ecologie-solidarites.bzh/2020/01/07/communique-suite-a-laugmentation-de-la-population-brest-metropole/
Sans attendre la révision complète du PLU, dès le lendemain de l’élection, nous prendrons des premières mesures pour commencer ce chemin vers la zéro artificialisation, et nous nous engageons à :
  • préserver la vallée du Restic, espace naturel remarquable au nord de Brest, en l’écartant définitivement des tracés possibles dans le cadre d’un « contournement Nord-Lambezellec » ;
  • faire un moratoire sur l’urbanisation prévue à moyen terme, pour laisser le temps au débat sur la révision de PLU de se dérouler. Cela permettra de sauvegarder davantage de terres agricoles. Par exemple, les terrains de la fontaine Margot cultivés en agriculture biologique par la ferme de Traon Bihan et dont l’urbanisation est encore à venir en 2024 seront confortés dans leur vocation agricole.
Nous nous engagerons sans attendre l’horizon 2040, à atteindre cet objectif le plus rapidement possible
Pour préserver notre cadre de vie et notre santé, nous devons faire diminuer la pollution de l’air et de l’eau. Nous mettrons en place un réseau de capteurs dont les résultats seront rendus publics en direct. Nous pouvons agir sur la pollution de l’air en réduisant le nombre de voiture en circulation dans la ville. Un seuil d’alerte sera défini à partir duquel chacun·e sera incité·e à utiliser un autre moyen de transport que sa voiture individuelle.
Nous prendrons un arrêté d’interdiction des pesticides dès que nous serons arrivés à la mairie. Nous combattrons l’utilisation des pesticides dans le secteur public et privé. Les effets toxiques du glyphosate sont nombreux sur la faune mais également sur la résistance immunitaire de la flore. Nous instituerons en ville une politique Zéro Pesticide sur tous les espaces verts. Nous y développerons les coopérations entre les chambres d’agriculture et  les agriculteur·rice·s pour éviter l’utilisation de pesticides et engrais chimiques.
Nous voulons créer des continuités vertes, en reliant les espaces verts par des cheminements végétalisés piétons et cyclables. Cela permettra de favoriser la biodiversité mais aussi d’améliorer notre qualité de vie. Les Brestois·es souffrent d’un accès trop limité à la Penfeld. Les espaces de promenade sont morcelés et interrompus régulièrement notamment par les passages routiers ou les parkings. Dès le lendemain de l’élection nous amorcerons un travail sur l’aménagement d’une continuité de promenade le long de la Penfeld. A terme, nous souhaitons l’ouverture complète de la Penfeld.
  • Mettre en œuvre le nouveau plan climat et rechercher des axes d’amélioration supplémentaires dès le début du mandat
  • Viser le label Gold de la démarche Citergie et développer Tinergie en lien avec Ener’gence sur la rénovation des maisons individuelles et des copropriétés
  • Poursuivre les alliances territoriales pour assurer la qualité de l’eau
  • Ville “zéro pollution lumineuse » : expérimenter une trame noire, dans le prolongement de la trame verte et bleue, via la mise en place d’un schéma directeur d’aménagement lumière (SDAL)
  • Élargir le périmètre des bâtiments publics concernés par un contrat de fourniture avec un fournisseur en énergie renouvelable
  • Remettre la Penfeld au cœur de la ville, relancer la « Commission Penfeld »
  • Permis de végétaliser la ville pour les particuliers (appui du service des espaces verts, “rond de jardin” et charte des communs)
  • Créer davantage de jardins partagés et familiaux
  • Installer des potagers sur les toits plats de bureaux ou d’immeubles
  • Planter 1 arbre par naissance
Catégories : Le Projet