Le Président de la République a annoncé la réouverture progressive, à partir du 11
mai, des crèches et des établissements scolaires. A trois semaines de cette date, un
flou inquiétant persiste sur les conditions de cette reprise annoncée, l’intervention du
premier ministre le dimanche 19 avril n’a contribué à le lever.
Les temps de crises peuvent être vus comme des moments où le débat
démocratique doit s’effacer parce qu’il nuirait à l’efficacité de l’action et serait source
de confusion. C’est une erreur, que ce soit au niveau local ou national, le débat doit se
poursuivre pour que les décisions prises profitent de l’intelligence collective et soient
également mieux expliquées. La suite ici